Sélectionner une page

GÉOGRAPHIE DE DJIBOUTI

SITUÉ DANS LA CORNE DE L’AFRIQUE, LIMITROPHE DE L’ÉTHIOPIE, DE L’ÉRYTHRÉE, DE LA SOMALIE
Ou se trouve Djibouti

Le relief est caractérisé au nord par une chaîne culminant à 1.750 m le long du Golfe de Tadjourah, au nord-est par une vaste plaine sablonneuse le long de la Mer Rouge, au sud par des dépressions séparées par des plateaux, à l’ouest du Golfe de Tadjourah par une zone volcanique. Les 9/10ème du territoire sont recouverts de déserts.

La végétation est de type arbustive avec prédominance d’épineux tels que l’Acacia flava, l’Acacia Nilotica et le Prosopis. La végétation est pauvre (buissons et épineux) sauf à Djibouti, dans les oueds et les massifs des Monts Goda et Mabla. La seule partie boisée du territoire (palmeraies) est située entre Tadjourah et Randa (Forêt du Day). Djibouti présente des récifs coralliens très bien conservés, du fait de la rareté des plongeurs. Les jardins de coraux de l’île de Moucha sont un avant-goût de ceux des îles des Sept Frères, situés en plein courant à la sortie du détroit de Bab El Mandeb, si peu fréquentés qu’ils sont encore quesiment vierges.

Villes principales, principal cities, Afrique Africa

a) Djibouti

D’une superficie de 23.000 km2 (France : environ 549.000 km2), la République de Djibouti est située dans la corne de l’Afrique, au débouché du détroit de Bab El Mandeb qui sépare la Mer Rouge de l’Océan Indien (golfe d’Aden). Son territoire est limité au nord, à l’ouest et au sud par l’Ethiopie (450 km de frontières), au sud-est par la Somalie (65 km) et à l’est par l’Océan Indien (sur 372 km de côtes).

Djibouti est la capitale du pays. C’est un port à l’entrée sud du golfe de Tadjourah. Cette ville compte 300.000 habitants avec l’agglomération. Tête de ligne du chemin de fer qui la relie à Addis-Abeba, c’est le centre névralgique du pays, à la fois capitale économique et politique. On dénombre administrativement dix quartiers. La ville, relativement verdoyante, s’étend sur le Plateau du Serpent, le Plateau du Marabout et la presqu’île du Héron.

L’architecture du centre-ville (le quartier commerçant) est de type « colonial » avec de nombreuses maisons à arcades. Situé au bord de la mer, Djibouti est affectée à la fois par la chaleur et l’humidité. Durant la saison fraîche souffle une agréable brise de mer du crépuscule à l’aube. L’été, le khamsin, vent sec et chaud chargé de poussière, réduit le degré d’hygrométrie. Le régime des pluies est irrégulier.

b) Autres villes

Tadjourah, la ville blanche

TADJOURAH

Surnommée « la ville blanche » vous offre un séjour agréable.  Tadjoura est la plus ancienne ville du territoire djiboutien.
Comme de nombreux commerçants, Arthur Rimbaud est passé à Tadjoura d’avril à octobre 1886.

Lieux et monuments:

  • Golf de Tadjourah
  • Maisons coloniale en corail
  • Togori eela, puits historique qui se situe au cœur de la ville ; c’est le puits d’où viendrait le nom « Tadjourah »
  • Plage des Sables blancs
Ville Ali Sabieh

ALI SABIEH

Ali Sabieh  se situe dans le sud-ouest de la région d’Ali Sabieh, chef-lieu de la région éponyme, est la deuxième ville de la République de Djibouti.

Lieux et monuments:

  • Grand Bara, étendue désertique où se pratique le char à voile
  • Mont Arrey
  • Source d’Il Jano
  • Maisons coloniales en corail (XIXe-XXe s)
  • Casemates (Seconde Guerre mondiale).
Obock ville débouchant sur le golf de Tadjoura

OBOCK

Petite ville portuaire débouchant sur le golfe de Tadjoura, Obock fut le premier point d’ancrage français sur le territoire djiboutien.

Lieux et monuments:

  • Maison de Léonce Lagarde
  • Maison d’Arthur Rimbaud, aujourd’hui musée
  • Maison d’Henry de Monfreid, aujourd’hui école
  • Sources thermales et fumerolles
  • Les îles des Sept Frères
  • Le Phare de Ras Bir
Ville de Dikhil

DIKHIL

Dikhil se situe dans le sud-est de la Région de Dikhil et l’ouest de la République de Djibouti, à une centaine de kilomètres de Djibouti, la capitale, et une dizaine de kilomètres de l’Éthiopie.

Lieux et monuments:

  • Fort, érigé à la fin des années 1920 par les autorités coloniales françaises
  • Monument, élevé à la mémoire d’Albert Bernard et ses miliciens, morts au combat, le 19 janvier 1935, au lieu-dit de Moraito
  • Palmeraie.

DIKHIL et ALI SABIEH bénéficient d’un climat plus sec en saison chaude avec des variations de température diurnes et nocturnes plus importantes qu’à Djibouti.

Share This